Comment bien choisir sa nappe de table?

Comment bien choisir sa nappe de table?

Il n’y a de plus incontournable qu’une nappe pour créer une belle table et réussir ses repas. Cependant, pour un beau rendu, il faut bien la choisir et les critères doivent tenir compte de la forme et de la taille de la table à habiller, mais aussi de l’entretien de la nappe. Voici notamment quelques astuces pour choisir avec style sa nappe de table et émerveiller ses invités.

Comment choisir la taille et la forme de sa nappe ?

La première chose à retenir, c’est que toutes les nappes n’ont pas la même taille et le choix devra tenir compte de la taille de la table sur laquelle on va la poser. L’idéal est d’avoir un retombé élégant des quatre côtés de la table puisque cela assure une certaine esthétique. Il en va de même pour une table ronde, car il n’y a pas plus disgracieux qu’une nappe qui s’arrête au bord de la table. De même, une nappe trop longue ne fera que gêner les invités. Aussi, pour un rendu parfait, il est intéressant de laisser la nappe flotter sur 20 ou 30 cm en dehors de la table et assurer 60 centimètres d’espace entre deux couverts.

Pour ce qui est de la forme, la raison voudrait que la forme de la nappe suive celle de la table. Aussi, il faudrait une nappe carrée pour une table carrée ou encore une nappe ronde pour une table ronde. Ce qu’il faut savoir, c’est qu’il reste possible de personnaliser la taille et la forme de la nappe. Vous pourrez par exemple utiliser une nappe carrée sur une table ronde pour un dressage original.

Comment choisir la matière de sa nappe ?

 

Là, il faudra repenser l’utilisation de la nappe. Le choix d’une nappe mariage en extérieur ne sera pas par exemple le même que pour une nappe dédiée à une utilisation en cuisine. Les jolies nappes en coton et en lin restent des incontournables dès que l’on parle de nappes en tissus. Les modèles en métis, en coton tissé ou encore en percale de coton sont tout aussi chics et agréables au toucher. Si vous préférez les modèles imperméables alors il vaudrait mieux opter pour une nappe en toile cirée ou en coton enduite, car ces deux derniers assurent un entretien facile.

Il faut tout de même savoir que l’entretien de la nappe doit être retenu lors du choix du modèle. En effet, l’entretien d’une nappe en tissu n’est pas la même que pour une nappe en toile cirée. Si la première requiert une certaine minutie et un choix de produits spécifiques lors du lavage, pour le deuxième, un coup d’éponge suffit.

Quelles couleurs et quels motifs pour sa nappe ?

Les couleurs et les motifs dépendent du goût de chacun et de l’occasion pendant laquelle on va sortir les nappes. Lors d’une fête ou pour un diner familial, la coutume veut que l’on ressorte de belles nappes blanches en satin de coton pour un rendu chic. Le pastel retrouve également sa place dans les plus belles pièces et assure un rendu élégant, surtout s’il est associé à un joli chemin de table et de belles serviettes.

Pour un repas entre amis, préférez le style décontracté et sortez les nappes à motifs : à rayures, fleuries, etc. Enfin, n’hésitez pas à opter pour les pièces en tissus brodés qui offrent d’emblée une touche de sophistication à la table.

Dans tous les cas, choisissez la nappe en fonction de vos goûts et de l’utilisation que vous souhaitez en faire ou de l’occasion à laquelle vous allez la sortir !

 

Comment louer en loi Pinel ?

Comment louer en loi Pinel ?

Dispositif de défiscalisation attractif, la loi Pinel permet d’obtenir une réduction d’impôt lors de l’acquisition d’un logement neuf. Cependant, pour louer son bien tout en bénéficiant des avantages Pinel, il est nécessaire de respecter certaines conditions spécifiques. En quoi consistent-elles ? Voici une revue de chaque clause à appliquer pour louer en dispositif Pinel.

 

Louer le logement nu durant au moins 6 ans

En loi pinel, l’engagement locatif commence à partir du jour de la mise en location du logement. En effet, un investissement Pinel prodigue au propriétaire de s’engager à louer son bien sous une restriction bien définie. Précisément, le bien doit être loué à un locataire en location nue durant au minimum 6 ans comme résidence principale. Cet engagement se joint à la déclaration de revenus de l’année d’acquisition ou d’achèvement du logement. L’engagement en question peut être prolongé sur une période de 3 ans renouvelable une fois. Le calcul de cette durée s’effectue à compter de la prise d’effet du premier bail. Pendant toute cette période, la location saisonnière est impossible, de même que la location meublée. Au cas où ces indications ne sont pas respectées, l’avantage fiscal Pinel s’annule simultanément.

 

Détenir un bien immobilier dans une zone éligible

Pour louer en loi pinel, il faut détenir un bien immobilier dans une zone éligible parmi les 5 de la France Métropolitaine. Il s’agit principalement des zones A, A bis, B1, B2 et C.

 

Les zones B2 et C présentent quelques spécificités d’ordre pratique. D’une part, la zone B2 ne fournit pas un bénéfice automatique et restreint en Pinel. En effet, certaines procédures administratives y sont toujours sollicitées avant la construction pour valider l’équilibre entre l’offre et la demande. D’autre part, la zone C quant à elle désigne les logements bénéficiaires d’une réduction d’impôt selon leur situation géographique.

 

Respecter les plafonds de loyer définis par la loi

Pour bénéficier d’une réduction d’impôt lié à un investissement Pinel, le propriétaire doit respecter un plafond maximal de loyer applicable aux locataires. Loyer mensuel maximum, un plafond de location Pinel dépend de la zone éligible et de la surface utile du logement. Pour calculer une limite de loyer Pinel, il suffit de multiplier la surface utile avec le coefficient et le barème Pinel. Le coefficient Pinel est plafonné à 1,2 tandis que le barème Pinel varie selon la zone dans laquelle le logement se trouve. Sachant que la surface utile Pinel résulte de l’addition entre la surface habitable et la moitié des surfaces annexes.

 

Respecter les plafonds de ressources des locataires

L’année 2020 a marqué la revalorisation des plafonds annuels de ressources des futurs locataires éligibles à la loi Pinel. Désormais, celle-ci augmente de 1,04 % dans les DOM, 0,6 % en métropole et de 0,1 % en Polynésie Française, Nouvelle-Calédonie, dans les îles Futuna et Wallis. Tous les baux renouvelés ou conclus en 2020 devront respecter ces nouvelles considérations. À titre de rappel, les plafonds de ressources Pinel sont fonction de la composition du ménage et de la zone géographique. Autrement dit, le nombre de personnes qui occupe le bien immobilier et l’une des 5 zones éligibles.

 

Autant de critères auxquels s’ajoute la nécessité de louer le bien non-meublé dans la limite de 12 mois après l’acquisition. Passer cette limite, l’investisseur ne peut plus profiter de la défiscalisation Pinel.